e-sidoc  PIX  Folios   Scolinfo

 

Découvrir le Sacré-Cœur, une école d’aujourd’hui engagée pour demain !

 

Le Sacré-Coeur a la volonté d'offrir des parcours et des réponses pédagogiques diversifiés aux besoins des jeunes qui y préparent leur avenir. Des parcours de réussite construits autour de trois axes :

Relation et confiance : individualisation des relations avec les jeunes et les famille grace à une proximité de l'équipe de direction et de la communauté ;

Modernité et ouverture : adaptation aux formations nouvelles, aux réformes et aux évolutions technologiques, ainsi qu'une ouverture sur l'international ;

Professionnalisation : implication et prise de responsabilité des jeunes, mis en contact des professionnels au travers de nombreux projet.


Jacky Ribeyre, Directeur coordinateur de l'Ensemble Scolaire du Sacré Cœur.

Nos formations

Nos formations

Albums photos

Albums photos

 

Découvrez le Sacré-Coeur
au travers de photos.

découvrir

Galerie vidéos

Galerie vidéos

 

Découvrez le Sacré-Coeur
au travers de vidéos.

découvrir

Revues de presse

Revues de presse

 

Découvrez le Sacré-Coeur au travers
d'articles de presse.

découvrir

Stories

Stories

 

Découvrez le Sacré-Coeur au travers
des témoignages d'élèves et parents.

découvrir

L'histoire de l'Ensemble Sacré-Coeur

Aux origines la Congrégation des Frères du Sacré-Coeur

André Coindre

Né à Lyon, le 26 février 1789, dans le quartier de Saint Nizier, il y vécut une enfance pieuse marquée par la Terreur et la persécution religieuse. Elève au petit séminaire de l'Argentière dès son ouverture par le cardinal Fesch, il y fit de bonnes études avant de passer au séminaire Saint-Irénée. Ordonné le 14 juin 1812, appelé comme vicaire à Bourg en 1813, il fut tout de suite remarqué pour ses talents oratoires, et appelé en 1815, comme vicaire également, à Saint-Bruno de Lyon. L'année suivante, il s'agrégea tout naturellement au petit groupe de prêtres qui fondaient alors dans le bâtiment des Chartreux, l'association des Missionnaires de la Croix,  à l'origine des prêtres de Saint-Irénée et de l'institution des Chartreux.

Les providences (foyer - école - atelier)

En décembre 1815, il recueille deux petites filles sans parents, sans asile, peu de temps après son arrivée à Saint-Bruno de Lyon. Le curé, Simon Gagneur, adresse le père Coindre à Claudine Thévenet une paroissienne issue d’une famille fortunée, qui indique un logement possible chez son amie Marie Chirat. Quelques jours plus tard il y avait déjà sept fillettes. Le lieu d’accueil de Mademoiselle Chirat devient « La Providence du Sacré-Coeur ». En Juillet 1817, il fonde la providence des garçons « La Providence Saint Bruno ». Il commence par en réunir, cinq ou six dans une cellule des anciens Chartreux près de la petite porte de l’église. Il les confia à la garde d’un jeune homme, Antoine Genthon, ouvrier en soie (5 ouvriers, 2 métiers). Le 6 octobre 1818, il fonde avec Claudine Thévenet (Mère Marie de Saint Ignace) la « Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie » (Congrégation des religieuses de Jésus-Marie) pour s'occuper de la « Providence du Sacré-Cœur »

Le Pieux-Secours

Nous sommes en 1818, à présent il fallait trouver un établissement beaucoup plus grand, trouver un lieu, des responsables, des personnes qui donneraient leur soutien financier. Il trouve une maison à deux étages. Dès qu'il en fait le tour, il commence à imaginer quel aspect aurait sa Providence tant attendue. Au rez-de-chaussée, il y aurait les ateliers, les salles, le réfectoire ; et à l'étage, les dortoirs. Il lui trouve même un nom "Le Pieux-Secours". Il discute du projet avec son père et celui-ci, lui assure qu'il peut compter sur la totalité de ses économies. Il trouve aussi un groupe de bonnes personnes disposées à participer avec leurs biens. Alors, son rêve devient peu à peu réalité. A l'exemple d'autres centres semblables, celui du père André Coindre enseignait aux enfants l’art de filer la soie en même temps qu'ils recevaient un minimum d'instruction.

La naissance des Frères du Sacré-Cœur

Les premiers éducateurs qu'il a engagés n'arrivaient pas à se tirer d'affaire avec les enfants et s'en allaient, le père André Coindre décide alors de fonder une congrégation de frères qui garantira la continuité de l'œuvre déjà entreprise. En septembre 1821, il réunit au Pieux-Secours tous ceux qui ont accepté de répondre à son invitation pour les initier à la vie religieuse et leur faire découvrir la beauté de leur vocation et de la mission qu'ils vont réaliser auprès des jeunes les plus pauvres. Le 30 septembre 1821, aux pieds la petite chapelle Notre-Dame de Fourvière, à la fin de l'Eucharistie célébrée par le père Coindre, ils prononcent des vœux privés pour trois ans, soit en particulier soit en confession. Ainsi fut fondée la congrégation des Frères des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, aujourd'hui les Frères du Sacré-Cœur. Approuvé par bref apostolique en 1891 puis comme Institut pontifical le 22 juillet 1894.

Les écoles des Frères

Les providences s'étaient multipliées à Lyon et l'éducation dans les écoles était assurée par les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles, dans les villages, la situation était bien différente. Dans les voyages du père André Coindre à travers les villages où il prêchait des missions, il avait pris conscience de la triste situation dans laquelle se trouvait l'école rurale. Le père André Coindre disait au frère Borgia que la prochaine fondation serait une école. Cette occasion arriva quand Mgr de Salamon, évêque de Saint-Flour et Administrateur apostolique du Puy, fit appel au père André Coindre pour fonder dans son diocèse une Société de Missionnaires et pour se charger aussi de la direction d'un collège à Monistrol.Ils étaient dans le collège, mais ils ne pouvaient pas enseigner parce qu'il s'agissait d'enseignement secondaire et les professeurs étaient des prêtres. André Coindre ouvre alors tout de suite une école primaire au service des enfants de modeste condition afin que les frères puissent y enseigner. C’est donc dans ce même village de Monistrol, à côté du noviciat, qu’on ouvre cette petite école primaire. Très vite, les appels des curés des paroisses voulant avoir des frères dans leurs écoles commencent à pleuvoir. En très peu de temps, on en fonde neuf. La congrégation croissait et, déjà, trouvait progressivement sa place dans le monde de l'éducation chrétienne des enfants, soit au Pieux-Secours de Lyon, soit dans les écoles rurales.

Dès lors, les établissements vont se multiplier très vite. En 1824 : Le Monastier et Pradelles (Haute-Loire) : écoles municipales ; Saint-Symphorien-de-Lay (Loire) : école paroissiale. En 1825 : Montfaucon (Haute-Loire) et Neulise (Loire) : écoles municipales ; Cailloux-sur-Fontaines (Rhône) et Murat (Cantal) : écoles paroissiales. En 1826 : projet de fondation à Bresle, à Vals (Haute Loire) et à Marvejols (Lozère).

Historique de l'Ensemble Scolaire

 1837 : Les Frères du Sacré Coeur ouvrent la première école primaire de garçons « l’école communale » située dans les locaux actuels des impôts.

 1891 : Construction du premier bâtiment au 43 avenue de la gare.

 1936 : Création par le frère Paul ROUFFIAC du premier « cour professionnel » avec deux ateliers, l'un de menuiserie, l'autre d'ajustage. Cet établissement est devenu aujourd'hui le "Lycée Professionnel Industriel" et comporte de nombreuses sections de formation professionnelle: menuiserie, mécanique agricole, carrosserie, peinture automobile, systèmes numériques....

 1959 : A l’initiative de l’abbé Sartre (curé de Saint-Chély d’Apcher), les pères BONNET, DALLE, MAURIN et PLANCHON ouvrent le Cour Moderne  au « familial » (rue des Cordeliers). «Huit galopins» (comme les nomme l’Abbé BONNET) font leur rentrée en 6ème.

 1965 : le Cour Moderne est transféré au Sacré-Cœur sous la direction du frère COSTE puis du frère NURIT.

 1965-1966 : L’extension du bâtiment collège marque un besoin d’espace nécessaire face au nombre croissant d’élèves.

 1968 : Le frère Gibelin devient directeur de l’établissement. Il va alors développer le lycée industriel.

 1972 : Le frère Gibelin ouvre la première classe dans la section Hôtelière.

 1976 : Ouverture du Lycée Hôtelier devenu aujourd'hui le "Lycée des Métiers de la Gastronomie et de l'Hôtellerie" et comporte de nombreuses formation : CAP, Bac Professionnel, Bac Technologique, Mentions Complémentaires et BTS.

 1991 : Les congrégations des Frères du Sacré-Cœur et des Sœurs de la Présentation de Marie décident de la mixité. Pour parvenir à cette lourde tâche, M. MARTIN est nommé directeur de ce nouveau collège. Il entreprend alors la rénovation de l’ensemble du bâtiment (classes, foyer, internats). Des aménagements et modernisations de la structure dans les domaines culturels, linguistiques ou sportifs voient le jour .

 2009 : Ouverture au « Familial » du Pôle d’Enseignement Supérieur.

 2011 : Ouverture Lycée Général dans le bâtiment de l'AEH rénové.

 2016 : Les Frères du Sacré-Coeur ont estimé ne plus être en capacité de bien assurer l’accompagnement nécessaire. En lien avec les laïcs responsables des différents établissements, ils ont réfléchi et ont finalement opté pour un rapprochement avec les Salésiens, dont la tradition éducative semblait proche de la leur.

 2018 : Au terme d’un cheminement commun de deux années, Salésiens et Frères du Sacré Cœur ont célébré ensemble cette transmission, qu’on appelle « dévolution de tutelle ». Cette célébration a eu lieu le 30 mai 2018. Le réseau des Frères du Sacré-Coeur, de 6 établissements et 4000 élèves, est donc entré dans le réseau Don Bosco.

Une pédagogie pour aujourd'hui

Aujourd'hui, la communauté éducative s'appuie sur les principes fondamentaux qui ont animé les Frères du Sacré Coeur depuis leur origine:

  • Formation intégrale de la personne humaine
  • Accueil du jeune, attention au mal aimé, au démuni, au déchiré, au malheureux.
  • Respect du jeune, de ce qu'il est.
  • Foi en sa capacité de changement et de croissance.
  • Annonce de la Bonne Nouvelle de l'évangile

Une communauté

Une communauté de Frères du Sacré-Coeur réside sur le site de l'établissement. Les Frères y assurent une présence permanente en même temps que l'animation pastorale des trois structures. Ils sont un lien permanent et actif avec la paroisse et les instances diocésaines.

Une animation Pastorale

L'ensemble scolaire "Sacré-Coeur" est ouvert à tous. Il a la volonté de mettre son projet éducatif, fondé sur le sens chrétien de l'homme, au service des jeunes. A l'instar de la solide formation générale et professionnelle qu'il leur assure, il veut leur permettre un chemin de croissance en humanité et leur proposer, dans le respect total de la liberté des personnes, une idée conforme à l'esprit de l'évangile.

Revue de presse
Septembre 2020 - Février 2021

Revue de presse
Mars 2020 - Été 2020

Revue de presse
Septembre 2019 - Février 2020

Revue de presse
Fevrier 2019 - Juillet 2019

Revue de presse
Septembre 2018 - Fevrier 2019

Revue de presse
Fevrier 2018 - Juillet 2018

Revue de presse
Septembre 2017 - Fevrier 2018

Revue de presse
Fevrier 2017 - Juillet 2017

Revue de presse
Septembre 2016 - Fevrier 2017

Stories du Sacré-Cœur de Saint Chély d'Apcher

 

Durant toutes ces années riches en expériences éducatives et professionnelles, de nombreuses générations d'élèves ont réussi leur scolarité et leur vie. Considérant le jeune comme un être en devenir, la Communauté du Sacré-Cœur continue à poser sur chaque élève un regard bienveillant en proposant un accompagnement au quotidien pour l'épanouissement personnel et professionnel de chacun.

Lors du choix d’un établissement, parents et élèves se posent de nombreuses questions, bon nombre de réponses sont à glaner sur les sites internet des établissements ainsi que lors des journées portes ouvertes. Mais rien ne remplace l’expérience des premiers concernés !

Les anciens et les parents d'élèves du Sacré-Cœur témoignent

Collège Haute Lozère 
 

Collège haute Lozère Sacré-Cœur

Création en 1959 du « cour moderne » et sa premère classe de sixième.

découvrir

Lycée général

Lycée général Lozère Sacré-Cœur

Ouverture en 2011 du lycée général et sa première  1ère ES en 2012.

découvrir

École hôtelière 

Ecole hôtelière Sacré-Cœur

Création en 1972 de la 1ère section hôtelière, puis en 1976 du lycée hôtelier, cet établissement est devenu aujourd'hui l'école hôtelière.

découvrir

École des métiers 

Ecole des métiers Sacré-Cœur

Création en 1936 du 1er cour professionnel avec deux ateliers, cet établissement est devenu aujourd'hui l'école des métiers industriels.

découvrir

Devenir Ambassadeur du Sacré-Coeur

Manstories

Parents d'élèves  Anciens élèves

 

Stories Aurore Cipière Aurore Cipière


Parcours scolaire

  • Brevet Nationale des collèges Sacré Coeur Saint Chély
  • Baccalauréat Économique et Social Sacre Coeur
  • Actuellement Première année BTSA Production Horticole

Témoignage

Un établissement où les professeurs sont extrêmement à l'écoute des élèves et présents pour aider à l'apprentissage. 
Il y a une très bonne transmission des matières, des cours très structurés avec beaucoup d'exemples et de cas concrets qui aident à comprendre davantage lorsque l'on a des difficultés.

Stories Sylvain Meissonnier Sylvain Meissonnier


Sylvain Meissonnier, 3ème année Licence AES, ancien élève, présente son parcours scolaire, ses difficultés, ses doutes mais surtout sa réussite et son envie de transmettre à son tour.

Mon rapport au système éducatif est pour le moins atypique et, à ce titre, une histoire particulière me lie avec l’Ensemble Scolaire Sacré-Cœur.

Élève au niveau très moyen (voire faible) de la maternelle à la troisième, j’envisageais sans trop de conviction un bac pro commerce. Les études n’étaient pas ma préoccupation favorite faute de capacités et de confiance.  Mais, un jour d’avril 2011 une discussion avec Mme Teissedre Julie (Professeur de Français au Collège) a tout changé puisque ses encouragements m’ont conduit à intégrer le Lycée général. Sans elle, je n’aurais pas vécu ensuite trois années d’épanouissement personnel.

La structure humaine de ce lycée permet des rapports de confiance avec les professeurs ce qui induit le développement de soi. Mais ceci est loin d’avoir pour corolaire le laisser-aller.

D’une part, d’innombrables conseils méthodologiques ont été transmis ; je pense notamment aux TPE (Travaux Personnels Encadrés) ou encore aux séances d’accompagnement personnalisé (AP). Il en est de même concernant l’ouverture culturelle.  Tous ces savoirs et savoir-faire régissent aujourd’hui mes études supérieures et constituent une réelle valeur ajoutée face à d’autres profils. Par ailleurs, l’entraide entre élèves est privilégiée. Chacun était alors poussé vers le haut.   

D’autre part, le déploiement de notre projet professionnel est rendu possible par des créneaux horaires spécifiques, par la participation aux salons de l’orientation et surtout par une équipe pédagogique à l’écoute.

Mon projet s’est d’abord fondé sur le monde du commerce puis par des envies de journalisme. Cependant ces dernières ont été écartées au regard des difficultés d’accès. Au cours de l’année de terminale, le souhait de devenir professeur d’économie est apparu. D’où provenait cette envie soudaine ? Evidemment, d’un goût prononcé pour les Sciences Economiques et Sociales depuis la seconde. Mais aussi elle émane d’une volonté de transmettre et de laisser la chance à chacun en exploitant son potentiel. C’est un peu comme si je voulais rendre ce que les professeurs du Lycée m’ont apporté.

Le baccalauréat en poche avec la mention bien, j’ai poursuivi mon chemin vers Clermont-Ferrand pour un DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations). J’ai alors pu mieux appréhender le fonctionnement des organisations et leur environnement (finance, droit, marketing, gestion des ressources humaines…). Pour valider ce diplôme, j’ai intégré une entreprise à la dimension internationale dans le cadre d’une mission d’audit interne (réorganisation du processus de réclamation clients).  Depuis septembre 2016, me voilà à Lyon pour une troisième année de licence AES (Administration Économique et Sociale) avec un rythme de travail nouveau.        

Mon objectif professionnel plus que jamais en tête, je fais du tutorat collectif dans un collège (Association Zup de Co) après avoir fait de l’accompagnement individuel l’an dernier. En septembre prochain je vise le master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation) afin de tenter le CAPES dans un peu plus d’un an. 

Avec le temps on aurait parfois tendance à enjoliver le passé. Or, dans mon cas, ce lycée constitue une véritable étape révélatrice. A cette occasion, je tiens à remercier vivement chacun des membres de l’équipe pédagogique.

En somme, « Grandir par le vivre ensemble »  a pris tout son sens.

Stories Antoine Fuentes Antoine Fuentes


Le Sacré-Cœur est une institution et je suis fier d’avoir fait partie de ses rangs! De si beaux souvenirs d’avoir pris part à la toute première promo du Lycée Général. Une équipe pédagogique investie plus que jamais pour une nouvelle aventure. Des liens très forts entre nous et avec nos chers profs, ce qui a créé un réel accompagnement  pour arriver jusqu’au bac serein.Une vraie famille que je regrette très souvent.

De la rigueur ? Ah oui ! De l’humour ? Aussi ! Un cadre de travail ? Idéal ! Au final, un toast pour célébrer les résultats tant attendus de ce premier wagon de bacs ES. Avec en plus une mention Très Bien pour ma part, bien agréable. Malgré tout, allez savoir, c’est le monde des arts et de l’architecture intérieure qui m’a appelé, kidnappé pour la suite.

Changement de décor total : le Lycée Honoré d’urfé à Saint-Etienne ! Ecole énorme. A chaque nouveau jour sa découverte d’un nouveau couloir / escalier. Expérience toute nouvelle pour moi, page blanche et en avant. A commencer par prendre pinceaux et crayons au quotidien. Un an de mise à niveau en arts appliqués intensive, à mener cinq ou six projets à la fois, une culture design et artistique à acquérir. Un nouveau statut d’étudiant à apprivoiser. Que du bonheur ! Une année riche en expériences, en travail, en nuits courtes, en croquis (je ne les compte plus depuis longtemps...), en rencontres, mais aussi en doutes (Mais d’où m’est venue cette idée ?!), ...

Saint-Etienne fut l’intermédiaire entre ce si cher lycée du Sacré-Cœur et le mastodonte qui m’attendait : l’Ecole Boulle à Paris ! Il m’a fallu y regarder à deux fois sur APB (Admission Post Bac) pour me faire à l’idée d’atteindre mon rêve datant de plusieurs années : la capitale. Quelle chance inestimable d’intégrer une école si prestigieuse dont la renommée met en concurrence des milliers d’étudiants pour quelques dizaines de places en BTS Design d’Espace. Je me sens si petit quand je débarque mais tellement dans mon élément quand il s’agit de faire plans, maquettes, croquis perspectifs, analyses techniques par croquis et autres créations plastiques ! Et quelle ville aussi riche en patrimoine architectural, artistique et culturel sinon Paris ? Mais le chemin n’en est qu’aux premières pierres. Au programme, un stage à Marseille chez une décoratrice, un BTS à passer, une formation encore plus axée décoration à dénicher.  A suivre...

Stories Eva Vergely Eva Vergely


Éva Vergely, Licence 1 en Droit, revient sur un parcours non linéaire, ses réussites et ses échecs, et sa voie aujourd'hui trouvée.

L’Ensemble Scolaire Sacré-Cœur a été une belle et grande expérience pour moi. Etant originaire de Montpellier, je suis arrivée à Saint-Chély d’Apcher à l’âge de 16 ans, en tant qu’interne, pour redoubler la classe de 3èmeA la rentrée 2011, le Lycée général ouvrait avec une nouvelle filière, ES et j’ambitionne donc de poursuivre dans cette voie. Je me retrouve donc en seconde générale, dans une classe de seulement 17 élèves, tous plus gentils les uns que les autres. Une vraie cohésion se crée entre nous. 

La seconde passe à une allure incroyable et nous voilà déjà en Première ES. Les TPE (Travaux Pratiques Encadrés) en groupe, que j’ai la chance de faire avec mes camarades Antoine et Sylvain, sont une formidable aventure dans laquelle nous nous donnons à fond!

En parallèle, je vis une année assez éprouvante, et c’est à ce moment que je découvre que, non seulement mes professeurs sont géniaux pendant les cours, mais aussi et surtout, que ce sont des personnes profondément humaines, et d’un réel soutien, sans faille. 

Me voilà ensuite en Terminale ES, bientôt le bac ! Le stress se fait grandement ressentir, je ne sais toujours pas ce que je veux faire par la suite ; je me connais, je sais que je ne suis pas très scolaire : les devoirs, les révisions, les contrôles me portent peine, je n’aime pas ça…. M. Dief me convoque pour  remettre les pendules à l’heure, l’année passe trop vite, les profs sont sur mon dos, je dois me mettre au travail et vite, sinon je n’aurai pas mon bac ! Lundi 16 juin 2014 débutent les épreuves. Après une semaine de révisions intenses, je me sens prête ; je passe mes épreuves, je ne sais pas trop ce que ça va donner, mais j’y crois! Et la preuve : moi, Éva Vergely, élève moyenne, j’ai mon bac avec 10,91/20 ! Youpi! (bon, je ne suis pas forcément un exemple à suivre,  soyons clairs!) Là, devant la liste des résultats, je réalise qu’une page se tourne, 4 années au Sacré-Cœur pour obtenir ce satané BAC. Je repense à tous mes souvenirs, tant d’aventures, tant d’amitiés, et surtout, beaucoup d’émotion de devoir quitter ce lycée, que j’ai pourtant souvent détesté lorsque je devais prendre le train à 18h le dimanche soir, mais que j’ai tant aimé quand je riais à en pleurer avec mes chers copains de classe. 

Me voilà donc jetée dans la « vraie vie » : retour à Montpellier, arrivée à la fac Paul Valéry en première année de LEA (Langues Étrangères Appliquées), gros choc, les profs ne nous accompagnent plus. C’est l’échec !

Je repense alors aux séances d’orientation avec Mme Méger, et cette envie de travailler dans l’immobilier. Je réalise donc une année de DU immobilier à la fac de droit de Montpellier, que je valide! Mais cela me permet surtout de découvrir une matière qui m’était totalement inconnue jusqu’alors : le droit !

Aujourd’hui, je suis en L1 de droit à l’UFR Droit et Science Politique de Montpellier, j’ai passé mes premiers partiels et valider le semestre 1 !

Alors voilà, vous ne me connaissez pas, mais vous venez de lire une partie de mon histoire, qui me tient à cœur : j’ai vécu au Sacré-Cœur pendant 4 ans, avec des hauts et des bas, mais surtout des hauts !

Alors, petits internes montpelliérains (et les autres aussi pas de jaloux !), je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite dans vos études. Ne baissez jamais les bras, l’internat ce n’est pas tous les jours facile : les horaires, la vie en communauté etc. Mais croyez-moi, c’est une magnifique expérience qui ne vous en fera ressortir que plus grand, et je vous promets qu’un bel avenir vous attend !

C’est avec beaucoup d’émotion que je finis mon récit, avec de belles pensées pour Mme Méger, Mme Morand, Mme Odoul M. Catrin ainsi que M. Dief.

Avec beaucoup de bienveillance, je vous souhaite, à vous tous, réussite et épanouissement.

Stories Arnaud Ruat Arnaud Ruat


Arnaud Ruat, Licence Pro Marketing des produits agroalimentairesancien élève, témoigne de son parcours au Lycée général et de sa poursuite d'étude vers la Licence Pro Marketing des produits agroalimentaires.

Suite à l’obtention du DNB en 2011, j’ai choisi d’intégrer une seconde générale, pour me donner le temps de réfléchir à mon orientation, alors encore très « floue ». Faisant partie de la première promotion, avec un effectif idéal,  m’a permis d’affiner le choix de mes études post bac. Le bac ES permettait de m’ouvrir les portes vers un large choix de BTS, DUT, Licences, etc… Et, jusqu’au bout, j’ai hésité… L’hôtellerie ? L’agriculture ? Le journalisme ? Ou autre ? La diversité des cours : économie, sociologie, histoire-géo, maths, français, langues, est intéressante pour acquérir une culture générale ainsi que la compréhension du monde qui nous entoure, avec un regard critique.

Finalement, bac en poche, je suis parti pour l’Aveyron, en BTSA ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’Entreprise Agricole), à l’Institut François Marty, à Villefranche de Rouergue. La filière ES me servait en gestion, économie, maths, langues et communication. Le BTS m’a apporté le bagage technique spécifique au milieu agricole : agronomie, zootechnie, droit rural et comptabilité. J’ai eu l’opportunité de réaliser de nombreux stages, notamment un mois en Espagne (Palencia), en entreprise et en exploitation agricole.

Pour parachever mes études et me donner un bagage supplémentaire, j’ai intégré en septembre la licence professionnelle « Marketing des Produits Agroalimentaire », à l’IUT Toulouse Jean Jaurès, à Figeac.  Cette licence permet d’accéder à un niveau bac + 3, reconnu au niveau européen contrairement au BTS (niveau bac +2). Les cours de marketing, commerce, négociation et communication se mêlent aux cours de qualité et certification, mais entre deux dégustations de foie gras, vin, charcuterie, on retrouve aussi des cours d’économie, de gestion, d’anglais, de commerce international, de droit…  Cette licence que je juge très complète se conclut par un stage de 4 mois en entreprise, ce qui permet d’intégrer très rapidement le monde du travail ou de poursuivre en 2ème année de Master en école de commerce (HEC, TBS…).

Avec ce parcours, j’ai pour projet de travailler dans le commerce, avant de m’installer sur l’exploitation familiale.

Stories Cynthia Bros Cyntia Bros.


Cynthia BROS, 3ème année École d’infirmière, ancienne élève, revient pour nous sur son parcours au Sacré-Coeur et sur ses études d'infirmière.

Une page s’est tournée et me voilà bientôt infirmière! Et cela, après les trois années au lycée général du Sacré-Cœur, qui m’a permis ensuite d’intégrer l’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) de Rodez. 

J’ai eu l’honneur de faire partie de la première promotion du lycée pour obtenir le graal : le bac ! Ces trois années d’étude n’ont pas été aussi difficiles que ce que je pensais en fin de compte. Et pour cause, l’équipe pédagogique motivée et disponible qui nous a encadrés dans un environnement disciplinaire et éducatif mais aussi et surtout dans la bonne humeur, me fait garder que de bons souvenirs de ces années. Dans une ambiance conviviale, familiale et basée sur une relation de confiance, nos professeurs nous ont dirigés vers le monde des adultes. De plus, notre promotion a pu inaugurer l’établissement refait à neuf, dédié à la filière Économique et Sociale. J’ai fait le choix de m’orienter vers cette filière car elle offre des débouchés variés que les autres filières ne proposent pas et surtout, elle fait partie des filières prioritaires pour intégrer les IFSI.

Les trois années de lycée sont passées vite, trop vite… Nous y sommes, c’est la dernière année. Admission post-bac avec CV, lettres de motivation à gogo, on ne s’ennuie pas ! Surtout quand il faut passer des concours la même année que le baccalauréat ce qui était mon cas, avec trois autres de mes camarades. Nous avons tenté de passer le concours infirmier pendant l’année de terminale et ainsi éviter l’année de prépa, sans grande conviction pour ma part… Mais au cours de l’année, au vu du projet professionnel des quatre élèves, nos professeurs ont tenu à mettre toutes nos chances de notre côté en mettant en place une fois par semaine un temps destiné aux épreuves du concours. Nous avons pu nous travailler les différents exercices demandés lors des épreuves écrites et également préparer l’épreuve orale, dans l’hypothèse d’être retenu après l’écrit.

Puis les choses sérieuses arrivent, nous passons trois épreuves écrites dans trois IFSI. Les résultats tombent un après l’autre et surprise, j’ai réussi les trois écrits et je suis donc convoquée aux oraux. Les oraux passés, je suis sur liste complémentaire dans deux centres d’examen dont celui de Rodez, que je souhaite intégrer, où je suis classée 22ème. Il faut donc être patient et espérer qu’on vous appelle pour vous annoncer que vous êtes admis à l’IFSI. Entre-temps, il faut passer et décrocher le bac ! Ce que j’ai réussi avec la mention Bien.  Ensuite, j’ai reçu l’appel de l’IFSI de Rodez et je suis rentrée en septembre en tant qu’étudiante infirmière.

Deux années se sont écoulées depuis, où j’ai pu découvrir et apprécier ce métier centré sur la relation de soin et d’aide. Aujourd’hui, c’est la dernière ligne droite. Je suis en troisième et dernière année d’infirmière, ce qui veut dire partiels, stages et mémoire de fin d’étude. Il ne reste donc plus qu’à s’accrocher pour obtenir le Diplôme d’Etat d’Infirmier et remercier l’équipe du lycée général du Sacré-Cœur qui a été un réel tremplin pour atteindre mon projet professionnel.

Stories Clément Deltour Clément Deltour


Clément Deltour, 3ème année Licence Economie Gestion, revient sur son passage au LG, sa réussite et sa vie d'étudiant.

A travers ces quelques lignes je vais « tenter » de vous faire découvrir mon parcours.

Tout débute en 2011 lorsque je suis en troisième, une grande question se pose : Que faire ?! Ce n’est pas chose évidente quand on a 15 ans : se positionner, trouver le bon chemin. Lors des Portes Ouvertes, après avoir visité les lycées environnants, mon choix s’arrête vite sur le lycée général du Sacré Cœur. Beaucoup d’entre vous qui sont en train de lire ce mail se demandent peut-être « pourquoi ? ». 

Dès le départ j’ai eu le sentiment d’être protégé, encadré dans un cocon familial. De plus, la seconde étant générale j’avais une année pour faire murir mon projet qui était bien flou…  Une année passe et mon choix se confirme. Le bac ES se passera, pour moi, bien évidemment au Lycée Général du Sacré Cœur !

Écoute, convivialité, partage, tel est le triptyque qui peut au mieux décrire ces 3 années de lycée. Je suis fier d’avoir fait partie de la première promotion. Je ne remercierai jamais assez l’équipe pédagogique pour son professionnalisme.

Juillet 2014, les résultats arrivent. Le bac est dans ma poche, qui plus est avec la mention bien, à mon grand étonnement. En effet, j’étais un élève assez moyen, comme quoi le travail finit toujours par payer. Sur une promo de 18, 13 mentions et 100% de réussite. Nous sommes fiers de nous mais surtout fiers pour nos professeurs : leur dévouement durant ces 3 années a payé. 

Après cela, mon chemin se poursuit à Clermont Ferrand en DUT Gestion des Entreprises et des Administrations. Un grand pas dans la vie d’un jeune : quitter le nid familial ! Pour ma part, cela n’a pas été difficile. J’étais content de voir un nouvel environnement, même si l’ambiance du DUT est bien lointaine de celle du lycée à mon grand regret.

Le DUT m’a permis d’acquérir de nombreuses connaissances dans le monde de l’entreprise (marketing, communication, gestion, comptabilité…). Ces deux années ont été conclues par un stage de 3 mois au sein du service des Ressources Humaines chez Sanofi, groupe pharmaceutique mondial. 

Pendant ce temps, j’ai pu réfléchir, approfondir mon projet professionnel qui se dessine autour du management et des ressources humaines. C’est pourquoi j’ai décidé d’intégrer la troisième année de la licence Economie Gestion, à l’université Lumière Lyon 2. Encore un déménagement c’est aussi ça la vie étudiante !

Cette année je prépare le concours des IAE (Institut d’Administration des Entreprises), pour pouvoir intégrer l’une des 32 écoles universitaires de management.

Enfin je terminerai sur le fait qu’il ne faut jamais se décourager, car je ne vais pas vous le cacher les études ne sont pas de tout repos !

Stories Thomas Berthuis Thomas Berthuis


Parcours scolaire

  • Brevet des collèges - Mention Bien
  • Baccalauréat série ES - Mention Très Bien
  • L1 AES - Université d’Auvergne - Clermont Ferrand
  • BTS MUC - Lycée Émile Peytavin

Témoignage

J’ai effectué une grande partie de ma scolarité au sein de l’ensemble scolaire Sacré-Coeur, à savoir, le collège et le lycée général entre 2008 et 2015.

Durant 7 ans, j’ai pu bénéficier des excellentes conditions de formation proposées par l’établissement. Que ce soit au collège ou au Lycée, les équipes pédagogiques sont à l’écoute des élèves, les professeurs se rendent disponibles pour accompagner chaque élève et aider ceux en difficulté. Les locaux sont propres, agréables à vivre, notamment le lycée général qui à vu le jour il y a quelques années (2011).

D’un point du vue personnel, cet établissement m’a permis de m’épanouir pleinement, c’est un lieu où j’ai mûri. Je garderai d’excellents souvenirs de cet établissement et le recommande à tous les futurs collégiens/lycéens qui veulent s’épanouir dans un cadre de formation idéal.

Retour

 

 

Stories Cloé HutinCloé Hutin


Cloé Hutin, 2ème année BTS Hôtellerie-Restauration option B, promotion 2013-2014, expose son parcours: de la filière économique et sociale au BTS Hôtellerie Restauration.

L’Ensemble scolaire Sacré-Cœur, ce sera bientôt pour moi une page qui se tourne
Effectivement, suite à un parcours scolaire tumultueux, je suis venue à Saint Chély en septembre 2013. J’étais à la recherche d’un établissement qui était dans la capacité de m’aider, de m’encadrer afin d’obtenir mon baccalauréat.

Je suis donc arrivée en classe de Terminale Économique et Sociale (TES).
Ce n’était pas gagné d’avance car mon niveau était plutôt faible : le diplôme était loin d’être acquis. La pression était là car c’était un honneur  pour moi de faire partie de la première promotion du Lycée Général.

Très vite j’ai compris que je n’étais pas seule et que l’équipe pédagogique m’accompagnerait et me soutiendrait durant toute cette année.
La classe pourvue d’un effectif de 18 élèves m’a vite acceptée et intégrée.
Les élèves étaient très soudés et cette cohésion m’a permis d’évoluer et d’apprendre plus aisément. Au terme d’une année de travail intense, j’ai obtenu mon diplôme.

Après plusieurs semaines de réflexion en cours d’année et un mini-stage au Lycée Hôtelier, j’ai décidé d’intégrer la classe de Mise à Niveau (MAN) afin de poursuivre mes études en BTS Hôtellerie-Restauration option B (Art culinaire, art de la table et du service) par la suite. C’est pourquoi je n’ai toujours pas quitté cette école, et ce depuis bientôt 4 ans.

Aujourd’hui il reste à peine trois mois avant les épreuves du BTS.

Je remercie ce lycée pour son soutien dans mes projets et pour l’ambiance conviviale et le vivre ensemble que ses membres perpétuent d’année en année.

Stories Aurore Cipière Aurore Cipière


Parcours scolaire

  • Brevet Nationale des collèges Sacré Coeur Saint Chély
  • Baccalauréat Économique et Social Sacre Coeur
  • Actuellement Première année BTSA Production Horticole

Témoignage

Un établissement où les professeurs sont extrêmement à l'écoute des élèves et présents pour aider à l'apprentissage. 
Il y a une très bonne transmission des matières, des cours très structurés avec beaucoup d'exemples et de cas concrets qui aident à comprendre davantage lorsque l'on a des difficultés.

Stories Sylvain Meissonnier Sylvain Meissonnier


Sylvain Meissonnier, 3ème année Licence AES, ancien élève, présente son parcours scolaire, ses difficultés, ses doutes mais surtout sa réussite et son envie de transmettre à son tour.

Mon rapport au système éducatif est pour le moins atypique et, à ce titre, une histoire particulière me lie avec l’Ensemble Scolaire Sacré-Cœur.

Élève au niveau très moyen (voire faible) de la maternelle à la troisième, j’envisageais sans trop de conviction un bac pro commerce. Les études n’étaient pas ma préoccupation favorite faute de capacités et de confiance.  Mais, un jour d’avril 2011 une discussion avec Mme Teissedre Julie (Professeur de Français au Collège) a tout changé puisque ses encouragements m’ont conduit à intégrer le Lycée général. Sans elle, je n’aurais pas vécu ensuite trois années d’épanouissement personnel.

La structure humaine de ce lycée permet des rapports de confiance avec les professeurs ce qui induit le développement de soi. Mais ceci est loin d’avoir pour corolaire le laisser-aller.

D’une part, d’innombrables conseils méthodologiques ont été transmis ; je pense notamment aux TPE (Travaux Personnels Encadrés) ou encore aux séances d’accompagnement personnalisé (AP). Il en est de même concernant l’ouverture culturelle.  Tous ces savoirs et savoir-faire régissent aujourd’hui mes études supérieures et constituent une réelle valeur ajoutée face à d’autres profils. Par ailleurs, l’entraide entre élèves est privilégiée. Chacun était alors poussé vers le haut.   

D’autre part, le déploiement de notre projet professionnel est rendu possible par des créneaux horaires spécifiques, par la participation aux salons de l’orientation et surtout par une équipe pédagogique à l’écoute.

Mon projet s’est d’abord fondé sur le monde du commerce puis par des envies de journalisme. Cependant ces dernières ont été écartées au regard des difficultés d’accès. Au cours de l’année de terminale, le souhait de devenir professeur d’économie est apparu. D’où provenait cette envie soudaine ? Evidemment, d’un goût prononcé pour les Sciences Economiques et Sociales depuis la seconde. Mais aussi elle émane d’une volonté de transmettre et de laisser la chance à chacun en exploitant son potentiel. C’est un peu comme si je voulais rendre ce que les professeurs du Lycée m’ont apporté.

Le baccalauréat en poche avec la mention bien, j’ai poursuivi mon chemin vers Clermont-Ferrand pour un DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations). J’ai alors pu mieux appréhender le fonctionnement des organisations et leur environnement (finance, droit, marketing, gestion des ressources humaines…). Pour valider ce diplôme, j’ai intégré une entreprise à la dimension internationale dans le cadre d’une mission d’audit interne (réorganisation du processus de réclamation clients).  Depuis septembre 2016, me voilà à Lyon pour une troisième année de licence AES (Administration Économique et Sociale) avec un rythme de travail nouveau.        

Mon objectif professionnel plus que jamais en tête, je fais du tutorat collectif dans un collège (Association Zup de Co) après avoir fait de l’accompagnement individuel l’an dernier. En septembre prochain je vise le master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation) afin de tenter le CAPES dans un peu plus d’un an. 

Avec le temps on aurait parfois tendance à enjoliver le passé. Or, dans mon cas, ce lycée constitue une véritable étape révélatrice. A cette occasion, je tiens à remercier vivement chacun des membres de l’équipe pédagogique.

En somme, « Grandir par le vivre ensemble »  a pris tout son sens.

Stories Antoine Fuentes Antoine Fuentes


Le Sacré-Cœur est une institution et je suis fier d’avoir fait partie de ses rangs! De si beaux souvenirs d’avoir pris part à la toute première promo du Lycée Général. Une équipe pédagogique investie plus que jamais pour une nouvelle aventure. Des liens très forts entre nous et avec nos chers profs, ce qui a créé un réel accompagnement  pour arriver jusqu’au bac serein.Une vraie famille que je regrette très souvent.

De la rigueur ? Ah oui ! De l’humour ? Aussi ! Un cadre de travail ? Idéal ! Au final, un toast pour célébrer les résultats tant attendus de ce premier wagon de bacs ES. Avec en plus une mention Très Bien pour ma part, bien agréable. Malgré tout, allez savoir, c’est le monde des arts et de l’architecture intérieure qui m’a appelé, kidnappé pour la suite.

Changement de décor total : le Lycée Honoré d’urfé à Saint-Etienne ! Ecole énorme. A chaque nouveau jour sa découverte d’un nouveau couloir / escalier. Expérience toute nouvelle pour moi, page blanche et en avant. A commencer par prendre pinceaux et crayons au quotidien. Un an de mise à niveau en arts appliqués intensive, à mener cinq ou six projets à la fois, une culture design et artistique à acquérir. Un nouveau statut d’étudiant à apprivoiser. Que du bonheur ! Une année riche en expériences, en travail, en nuits courtes, en croquis (je ne les compte plus depuis longtemps...), en rencontres, mais aussi en doutes (Mais d’où m’est venue cette idée ?!), ...

Saint-Etienne fut l’intermédiaire entre ce si cher lycée du Sacré-Cœur et le mastodonte qui m’attendait : l’Ecole Boulle à Paris ! Il m’a fallu y regarder à deux fois sur APB (Admission Post Bac) pour me faire à l’idée d’atteindre mon rêve datant de plusieurs années : la capitale. Quelle chance inestimable d’intégrer une école si prestigieuse dont la renommée met en concurrence des milliers d’étudiants pour quelques dizaines de places en BTS Design d’Espace. Je me sens si petit quand je débarque mais tellement dans mon élément quand il s’agit de faire plans, maquettes, croquis perspectifs, analyses techniques par croquis et autres créations plastiques ! Et quelle ville aussi riche en patrimoine architectural, artistique et culturel sinon Paris ? Mais le chemin n’en est qu’aux premières pierres. Au programme, un stage à Marseille chez une décoratrice, un BTS à passer, une formation encore plus axée décoration à dénicher.  A suivre...

Stories Eva Vergely Eva Vergely


Éva Vergely, Licence 1 en Droit, revient sur un parcours non linéaire, ses réussites et ses échecs, et sa voie aujourd'hui trouvée.

L’Ensemble Scolaire Sacré-Cœur a été une belle et grande expérience pour moi. Etant originaire de Montpellier, je suis arrivée à Saint-Chély d’Apcher à l’âge de 16 ans, en tant qu’interne, pour redoubler la classe de 3èmeA la rentrée 2011, le Lycée général ouvrait avec une nouvelle filière, ES et j’ambitionne donc de poursuivre dans cette voie. Je me retrouve donc en seconde générale, dans une classe de seulement 17 élèves, tous plus gentils les uns que les autres. Une vraie cohésion se crée entre nous. 

La seconde passe à une allure incroyable et nous voilà déjà en Première ES. Les TPE (Travaux Pratiques Encadrés) en groupe, que j’ai la chance de faire avec mes camarades Antoine et Sylvain, sont une formidable aventure dans laquelle nous nous donnons à fond!

En parallèle, je vis une année assez éprouvante, et c’est à ce moment que je découvre que, non seulement mes professeurs sont géniaux pendant les cours, mais aussi et surtout, que ce sont des personnes profondément humaines, et d’un réel soutien, sans faille. 

Me voilà ensuite en Terminale ES, bientôt le bac ! Le stress se fait grandement ressentir, je ne sais toujours pas ce que je veux faire par la suite ; je me connais, je sais que je ne suis pas très scolaire : les devoirs, les révisions, les contrôles me portent peine, je n’aime pas ça…. M. Dief me convoque pour  remettre les pendules à l’heure, l’année passe trop vite, les profs sont sur mon dos, je dois me mettre au travail et vite, sinon je n’aurai pas mon bac ! Lundi 16 juin 2014 débutent les épreuves. Après une semaine de révisions intenses, je me sens prête ; je passe mes épreuves, je ne sais pas trop ce que ça va donner, mais j’y crois! Et la preuve : moi, Éva Vergely, élève moyenne, j’ai mon bac avec 10,91/20 ! Youpi! (bon, je ne suis pas forcément un exemple à suivre,  soyons clairs!) Là, devant la liste des résultats, je réalise qu’une page se tourne, 4 années au Sacré-Cœur pour obtenir ce satané BAC. Je repense à tous mes souvenirs, tant d’aventures, tant d’amitiés, et surtout, beaucoup d’émotion de devoir quitter ce lycée, que j’ai pourtant souvent détesté lorsque je devais prendre le train à 18h le dimanche soir, mais que j’ai tant aimé quand je riais à en pleurer avec mes chers copains de classe. 

Me voilà donc jetée dans la « vraie vie » : retour à Montpellier, arrivée à la fac Paul Valéry en première année de LEA (Langues Étrangères Appliquées), gros choc, les profs ne nous accompagnent plus. C’est l’échec !

Je repense alors aux séances d’orientation avec Mme Méger, et cette envie de travailler dans l’immobilier. Je réalise donc une année de DU immobilier à la fac de droit de Montpellier, que je valide! Mais cela me permet surtout de découvrir une matière qui m’était totalement inconnue jusqu’alors : le droit !

Aujourd’hui, je suis en L1 de droit à l’UFR Droit et Science Politique de Montpellier, j’ai passé mes premiers partiels et valider le semestre 1 !

Alors voilà, vous ne me connaissez pas, mais vous venez de lire une partie de mon histoire, qui me tient à cœur : j’ai vécu au Sacré-Cœur pendant 4 ans, avec des hauts et des bas, mais surtout des hauts !

Alors, petits internes montpelliérains (et les autres aussi pas de jaloux !), je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite dans vos études. Ne baissez jamais les bras, l’internat ce n’est pas tous les jours facile : les horaires, la vie en communauté etc. Mais croyez-moi, c’est une magnifique expérience qui ne vous en fera ressortir que plus grand, et je vous promets qu’un bel avenir vous attend !

C’est avec beaucoup d’émotion que je finis mon récit, avec de belles pensées pour Mme Méger, Mme Morand, Mme Odoul M. Catrin ainsi que M. Dief.

Avec beaucoup de bienveillance, je vous souhaite, à vous tous, réussite et épanouissement.

Stories Arnaud Ruat Arnaud Ruat


Arnaud Ruat, Licence Pro Marketing des produits agroalimentairesancien élève, témoigne de son parcours au Lycée général et de sa poursuite d'étude vers la Licence Pro Marketing des produits agroalimentaires.

Suite à l’obtention du DNB en 2011, j’ai choisi d’intégrer une seconde générale, pour me donner le temps de réfléchir à mon orientation, alors encore très « floue ». Faisant partie de la première promotion, avec un effectif idéal,  m’a permis d’affiner le choix de mes études post bac. Le bac ES permettait de m’ouvrir les portes vers un large choix de BTS, DUT, Licences, etc… Et, jusqu’au bout, j’ai hésité… L’hôtellerie ? L’agriculture ? Le journalisme ? Ou autre ? La diversité des cours : économie, sociologie, histoire-géo, maths, français, langues, est intéressante pour acquérir une culture générale ainsi que la compréhension du monde qui nous entoure, avec un regard critique.

Finalement, bac en poche, je suis parti pour l’Aveyron, en BTSA ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’Entreprise Agricole), à l’Institut François Marty, à Villefranche de Rouergue. La filière ES me servait en gestion, économie, maths, langues et communication. Le BTS m’a apporté le bagage technique spécifique au milieu agricole : agronomie, zootechnie, droit rural et comptabilité. J’ai eu l’opportunité de réaliser de nombreux stages, notamment un mois en Espagne (Palencia), en entreprise et en exploitation agricole.

Pour parachever mes études et me donner un bagage supplémentaire, j’ai intégré en septembre la licence professionnelle « Marketing des Produits Agroalimentaire », à l’IUT Toulouse Jean Jaurès, à Figeac.  Cette licence permet d’accéder à un niveau bac + 3, reconnu au niveau européen contrairement au BTS (niveau bac +2). Les cours de marketing, commerce, négociation et communication se mêlent aux cours de qualité et certification, mais entre deux dégustations de foie gras, vin, charcuterie, on retrouve aussi des cours d’économie, de gestion, d’anglais, de commerce international, de droit…  Cette licence que je juge très complète se conclut par un stage de 4 mois en entreprise, ce qui permet d’intégrer très rapidement le monde du travail ou de poursuivre en 2ème année de Master en école de commerce (HEC, TBS…).

Avec ce parcours, j’ai pour projet de travailler dans le commerce, avant de m’installer sur l’exploitation familiale.

Stories Cynthia Bros Cyntia Bros.


Cynthia BROS, 3ème année École d’infirmière, ancienne élève, revient pour nous sur son parcours au Sacré-Coeur et sur ses études d'infirmière.

Une page s’est tournée et me voilà bientôt infirmière! Et cela, après les trois années au lycée général du Sacré-Cœur, qui m’a permis ensuite d’intégrer l’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) de Rodez. 

J’ai eu l’honneur de faire partie de la première promotion du lycée pour obtenir le graal : le bac ! Ces trois années d’étude n’ont pas été aussi difficiles que ce que je pensais en fin de compte. Et pour cause, l’équipe pédagogique motivée et disponible qui nous a encadrés dans un environnement disciplinaire et éducatif mais aussi et surtout dans la bonne humeur, me fait garder que de bons souvenirs de ces années. Dans une ambiance conviviale, familiale et basée sur une relation de confiance, nos professeurs nous ont dirigés vers le monde des adultes. De plus, notre promotion a pu inaugurer l’établissement refait à neuf, dédié à la filière Économique et Sociale. J’ai fait le choix de m’orienter vers cette filière car elle offre des débouchés variés que les autres filières ne proposent pas et surtout, elle fait partie des filières prioritaires pour intégrer les IFSI.

Les trois années de lycée sont passées vite, trop vite… Nous y sommes, c’est la dernière année. Admission post-bac avec CV, lettres de motivation à gogo, on ne s’ennuie pas ! Surtout quand il faut passer des concours la même année que le baccalauréat ce qui était mon cas, avec trois autres de mes camarades. Nous avons tenté de passer le concours infirmier pendant l’année de terminale et ainsi éviter l’année de prépa, sans grande conviction pour ma part… Mais au cours de l’année, au vu du projet professionnel des quatre élèves, nos professeurs ont tenu à mettre toutes nos chances de notre côté en mettant en place une fois par semaine un temps destiné aux épreuves du concours. Nous avons pu nous travailler les différents exercices demandés lors des épreuves écrites et également préparer l’épreuve orale, dans l’hypothèse d’être retenu après l’écrit.

Puis les choses sérieuses arrivent, nous passons trois épreuves écrites dans trois IFSI. Les résultats tombent un après l’autre et surprise, j’ai réussi les trois écrits et je suis donc convoquée aux oraux. Les oraux passés, je suis sur liste complémentaire dans deux centres d’examen dont celui de Rodez, que je souhaite intégrer, où je suis classée 22ème. Il faut donc être patient et espérer qu’on vous appelle pour vous annoncer que vous êtes admis à l’IFSI. Entre-temps, il faut passer et décrocher le bac ! Ce que j’ai réussi avec la mention Bien.  Ensuite, j’ai reçu l’appel de l’IFSI de Rodez et je suis rentrée en septembre en tant qu’étudiante infirmière.

Deux années se sont écoulées depuis, où j’ai pu découvrir et apprécier ce métier centré sur la relation de soin et d’aide. Aujourd’hui, c’est la dernière ligne droite. Je suis en troisième et dernière année d’infirmière, ce qui veut dire partiels, stages et mémoire de fin d’étude. Il ne reste donc plus qu’à s’accrocher pour obtenir le Diplôme d’Etat d’Infirmier et remercier l’équipe du lycée général du Sacré-Cœur qui a été un réel tremplin pour atteindre mon projet professionnel.

Stories Clément Deltour Clément Deltour


Clément Deltour, 3ème année Licence Economie Gestion, revient sur son passage au LG, sa réussite et sa vie d'étudiant.

A travers ces quelques lignes je vais « tenter » de vous faire découvrir mon parcours.

Tout débute en 2011 lorsque je suis en troisième, une grande question se pose : Que faire ?! Ce n’est pas chose évidente quand on a 15 ans : se positionner, trouver le bon chemin. Lors des Portes Ouvertes, après avoir visité les lycées environnants, mon choix s’arrête vite sur le lycée général du Sacré Cœur. Beaucoup d’entre vous qui sont en train de lire ce mail se demandent peut-être « pourquoi ? ». 

Dès le départ j’ai eu le sentiment d’être protégé, encadré dans un cocon familial. De plus, la seconde étant générale j’avais une année pour faire murir mon projet qui était bien flou…  Une année passe et mon choix se confirme. Le bac ES se passera, pour moi, bien évidemment au Lycée Général du Sacré Cœur !

Écoute, convivialité, partage, tel est le triptyque qui peut au mieux décrire ces 3 années de lycée. Je suis fier d’avoir fait partie de la première promotion. Je ne remercierai jamais assez l’équipe pédagogique pour son professionnalisme.

Juillet 2014, les résultats arrivent. Le bac est dans ma poche, qui plus est avec la mention bien, à mon grand étonnement. En effet, j’étais un élève assez moyen, comme quoi le travail finit toujours par payer. Sur une promo de 18, 13 mentions et 100% de réussite. Nous sommes fiers de nous mais surtout fiers pour nos professeurs : leur dévouement durant ces 3 années a payé. 

Après cela, mon chemin se poursuit à Clermont Ferrand en DUT Gestion des Entreprises et des Administrations. Un grand pas dans la vie d’un jeune : quitter le nid familial ! Pour ma part, cela n’a pas été difficile. J’étais content de voir un nouvel environnement, même si l’ambiance du DUT est bien lointaine de celle du lycée à mon grand regret.

Le DUT m’a permis d’acquérir de nombreuses connaissances dans le monde de l’entreprise (marketing, communication, gestion, comptabilité…). Ces deux années ont été conclues par un stage de 3 mois au sein du service des Ressources Humaines chez Sanofi, groupe pharmaceutique mondial. 

Pendant ce temps, j’ai pu réfléchir, approfondir mon projet professionnel qui se dessine autour du management et des ressources humaines. C’est pourquoi j’ai décidé d’intégrer la troisième année de la licence Economie Gestion, à l’université Lumière Lyon 2. Encore un déménagement c’est aussi ça la vie étudiante !

Cette année je prépare le concours des IAE (Institut d’Administration des Entreprises), pour pouvoir intégrer l’une des 32 écoles universitaires de management.

Enfin je terminerai sur le fait qu’il ne faut jamais se décourager, car je ne vais pas vous le cacher les études ne sont pas de tout repos !

Stories Thomas Berthuis Thomas Berthuis


Parcours scolaire

  • Brevet des collèges - Mention Bien
  • Baccalauréat série ES - Mention Très Bien
  • L1 AES - Université d’Auvergne - Clermont Ferrand
  • BTS MUC - Lycée Émile Peytavin

Témoignage

J’ai effectué une grande partie de ma scolarité au sein de l’ensemble scolaire Sacré-Coeur, à savoir, le collège et le lycée général entre 2008 et 2015.

Durant 7 ans, j’ai pu bénéficier des excellentes conditions de formation proposées par l’établissement. Que ce soit au collège ou au Lycée, les équipes pédagogiques sont à l’écoute des élèves, les professeurs se rendent disponibles pour accompagner chaque élève et aider ceux en difficulté. Les locaux sont propres, agréables à vivre, notamment le lycée général qui à vu le jour il y a quelques années (2011).

D’un point du vue personnel, cet établissement m’a permis de m’épanouir pleinement, c’est un lieu où j’ai mûri. Je garderai d’excellents souvenirs de cet établissement et le recommande à tous les futurs collégiens/lycéens qui veulent s’épanouir dans un cadre de formation idéal.

Retour

 

 

Stories Nathalie Juste Nathalie Juste


Parcours scolaire

  • CAP cuisine 2015-2017
  • CAP cuisine 
  • En cours CAP pâtissier 
  • Projet : CAP chocolaterie, CAP boulanger et BTM chocolatier confiseur

Témoignage

Super années de lycée, des super profs et un enseignement bien. Les années d'Internat sont les plus belles.

Stories Marielle Droisneau Marielle Droisneau


Parcours scolaire

1997 : Baccalauréat Technologique Hôtelier

1999 : Brevet de Technicien Supérieur, option B « art culinaire, art de la table et du service »

Parcours professionnel

Native de l’Aveyron, je poursuis ma formation chez Michel Bras à Laguiole et cette identité change mon regard et mon approche du service. Désireuse d’apprendre toujours plus, je continue avec les grands noms comme Michel Guérard, Marc Veyrat, Martin Berasategui ainsi que quelques passages en Angleterre.

Un jour, le destin me mène à la Réserve de Beaulieu où je découvre Dimitri qui, lui, officie en cuisine… De cette rencontre nait une union, à la vie comme en cuisine.

En 2013, désireux d’entreprendre, nous décidons de nous orienter ensemble vers la Villa Madie.

Nous obtenons 2 étoiles au guide Michelin en février 2014.

A la direction de la salle de restaurant de la Villa Madie, j’ai plus que jamais le désir de retranscrire mon art de la table, conjugué à une cuisine que j’affectionne particulièrement…

Témoignage

Ma formation au lycée Sacré Cœur m’a donné les bases de ce métier qui m’ont suivi tout le long de ma carrière.

Stories Jacques Marcon Jacques Marcon


Parcours scolaire

  • 1998 – 1999 : obtention du BTS Hôtellerie restauration, Sacré-Cœur

Parcours professionnel

Chef de cuisine dans le Restaurant Régis et Jacques Marcon***

Témoignage

Je garde un souvenir ému de ma formation à Saint-Chély, les années ont passé mais il me reste plein d’amitiés avec les anciens élèves et la joie de voir ce bel établissement se tourner vers l’avenir.

Camille Bardou Camille Bardou


Parcours scolaire de votre enfant

  • Notre fille: Camille Bardou - a suivi le cursus M.A.N (Mise à Niveau) puis les 2 années de BTS au sein de l' établissement - Major de sa Promotion - BTS Hôtellerie Restauration.
  • Année(s) promotion(s) : 2011

Retour sur ce parcours

L'Ecole hôtelière du Sacré-Coeur (Pôle d'enseignement supérieur) lui a ouvert les portes pour faire un Master en Management Hôtelier : M1 à Londres et M2 à Paris dont elle est sortie Major de Promotion - Sa formation lui a permis de travailler dans de beaux établissement : Marriott Champs Elysées(Paris), Four Seasons (Sydney) Intercontinental(Sydney). Elle est, après 5 ans passé en Australie, "Revenue Manager" au Mercure Hunter Valley Gardens, un complexe hôtelier qui dépend du groupe Accor - Mercure .
Pour ma part, Sommelier Conseil, de formation, Caviste itinérant et Formateur en Accords Mets & Vins, j' ai eu la chance d'être membre de jury pour les examens de la Menton de Sommellerie & prestataire partenaire de l' Ensemble Scolaire.

Pourquoi avoir choisi le Sacré-Coeur

Pour sa Notoriété, la qualité de son Enseignement, l' Accompagnement Personnalisé des élèves, les valeurs partagées par l' Equipe pédagogique.

Parce que c'est un établissement qui vise l' Excellence, qui donne aux élèves des bases solides, de la rigueur, des possibilités de faire des stages dans des belles maisons. Mais c'est aussi un lieu où l'on apprend à vivre et à travailler ensemble, à créer un esprit de groupe, à s'occuper de ceux qui ont moins de facilités. En sortant de Saint-Chély, nos enfants sont armés et préparés pour le Monde du Travail et le réseau qu'ont crée les professeurs et les anciens élèves permet aux diplômés de trouver facilement du travail, ce qui n'est pas si simple à notre époque.

Stories Christophe Lépian Christophe Lépian


Parcours scolaire de votre enfant

  • De 2012 à 2019 à l'Ecole hôtelière (Lycée hôtelier et Pôle d'enseignement supérieur).

  • Il obtient son bac Pro, son BTS, une Mention Cuisinier en Desserts de restaurant et une Mention Sommellerie.

Retour sur ce parcours

De part notre expérience et celle de notre fils , le Sacré -Coeur est à nos yeux LE lycée de référence en matière d'éducation, de professionnalisme, d'investissement de tous les membres , de pédagogie, d'écoute , d'accompagnement de l'élève.

Lorsque notre fils nous a annoncé qu'il voulait apprendre le métier de cuisinier, nous nous sommes mis en quête de lui trouver une bonne école car, comme tout parent, nous souhaitons le meilleur pour nos enfants. Nous avons fait des recherches sur internet et avions sélectionné plusieurs établissements. Le Sacré-Cœur avait une renommée incomparable aux autres établissements de par l'infrastructure, la réussite, l'emplacement. Mais la décision ne nous appartenait pas. Fallait-il qu'il plaise à notre fils tout en supportant les "inconvénients "de l'éloignement, le pensionnat, etc... Mais le plus important était la décision de la direction de l'école. Nous avons fait une demande de " journée de ministage" qui a été acceptée, nous avons accompagné notre fils et au terme de cette journée qui restera gravée dans notre mémoire car nous avons eu un accueil des plus chaleureux et professionnel , le directeur nous a reçu dans son bureau et nous a annoncé que notre fils serait un des prochains élèves qui userait ses pantalons sur les bancs du Lycée.

L'aventure ne faisait que commencer car notre fils est resté 7 années où il a acquis toutes les bases de ce métier en passant de nombreux diplômes (bac pro, bts, mention pâtisserie, mention sommellerie ).

Pourquoi avoir choisi le Sacré-Coeur

Malgré l'éloignement géographique, le Lycée du Sacré -Cœur a été pour nous et notre fils l'établissement qui correspondait au mieux à nos attentes:

-La réputation déjà bien établie,

-l'emplacement en milieu rural,

-le classement de l'école en matière de réussite aux examens des élèves.

-L'accueil sur place.

Nous avons senti dès notre première visite que le Sacré-Coeur était une Grande Famille et que chaque membre avait sa place et son importance. C'est en toute confiance que nous leur avons confié notre fils .

Stories Alexandre Bourdas Alexandre Bourdas.


Parcours scolaire

  • 1990 : BEP et CAP Cuisine

  • 1990 : CAP Service

Parcours professionnel

Ses études, ses expériences professionnelles ensuite, auprès de Régis Marcon, Michel Guérard et Michel Bras notamment, l’ont aguerri.

Ces expériences vont lui donner l’envie de tracer sa route, d’aller au bout de sa vision de la cuisine. Sa cuisine est liée à ses souvenirs d’enfance, moments de bonheur partagés à table en famille, à ses voyages, notamment au Japon et au Maroc. Tous ces souvenirs, ces parfums subtils se retrouvent à un moment ou un autre dans sa cuisine, mélange chaleureux et parfois audacieux entre l’Aveyron et le Japon, entre les hauts plateaux de l’Atlas marocain et la Normandie… Le résultat est une recherche de sincérité et de pureté qui l’amènent à considérer la qualité en tout.

La table est un lieu de plaisir, un lieu de rencontre, un lieu où l’on rit, partage, ripaille, un lieu qu’il veut populaire, « j’ai toujours voulu créer un petit restaurant généreux avec un vrai respect de l’autre sensible dans l’assiette » affirme-t-il. Et fin 2005, il ouvre son restaurant SaQuaNa à Honfleur, récompensé de 2 étoiles en 2010. En 2012, il installe Pascade, rue Daunou, à Paris entre la place Vendôme et l’Opéra, une cantine dynamique dans laquelle il met au cœur cette pascade partagée avec les siens depuis l’enfance, un vocabulaire culinaire qui dialogue avec les époques et les cultures.

Témoignage

Une expérience hors norme, j’ai appris dans cette école à grandir, à m’endurcir et à croire en mes rêves. Une école qui m’a permis de me lancer et qui a dessiné les esquisses du cuisinier que je suis aujourd’hui.

Stories Céline Fehr Céline Fehr


Parcours scolaire

  • Lycée Hôtelier Sacré-Cœur
    • CAP. BEP Restaurant
    • BAC Technique Hôtelier toutes options
  • Mention Complémentaire Accueil Réception (Lycée Polyvalent de Chamalières)
  • Certificat de l’institut de Promotion Commerciale Hôtellerie Restauration (CCI Formation de Clermont -Ferrand)
  • Licence Professionnelle Responsable de l’hôtellerie en milieu médicalisé (IAE de Limoges)

Parcours professionnel

  • HOTEL FORMULE 1 Noisy le Grand : Assistante de Direction
  • CLUB MED Aime La Plagne : Assistante Gouvernante Générale
  • Mission d’intérim pour Valeo : Agent de fabrication
  • HOTEL PREMIERE CLASSE Aubière : Assistante de direction
  • Mission d’intérim Randstad : Agent de fabrication
  • FC Développement groupe AFORMAC : Formatrice
    (Cours dispensés aux CAP Cuisine, Restaurant CQP Assistant d’exploitation, Accueil Réception CAP Petite Enfance).
  • S.I.A.M Vic Le Comte : Aide à domicile
  • FC Développement groupe AFORMAC : Formatrice
  • EHPAD La Providence Issoire : Responsable Hôtelière

Aujourd'hui, suite à la Licence responsable hôtelière en milieu médicalisé, responsable de la blanchisserie du HIHL (Hôpital du haut limousin), environ 2.5 tonnes de linge par jours lavé et dispatché dans 3 hôpitaux.

Témoignage

Mes années au Lycée Hôtelier Sacré-Cœur m'ont beaucoup apportées , j'ai appris les métiers de l'hôtellerie restauration avec des locaux bien adaptés et de beaux produits à travailler , des professionnels passionnés et passionnants…
Merci Frère GIBELIN de m'avoir donné la chance d'apprendre dans votre établissement.

Stories Céline Sauvagnac Céline Sauvagnac


Parcours scolaire

  • Bac général filière scientifique option physique/chimie
  • Mise à niveau hôtellerie-restauration
  • BTS hôtellerie-restauration option A
  • Licence science de gestion

Parcours professionnel

Cela fait à présent 4 ans que les années BTS se sont terminées. Place désormais à la vie professionnelle non loin de là. C'est à Montpellier que j'ai pris mes quartiers au Mercure Centre Comédie, tout d'abord en restauration suite à un superbe stage de 1ère BTS au sein de cet établissement. Transmettre sa passion de la gastronomie par le service, un réel bonheur. Désormais c'est en tant que réceptionniste chargée groupe affaires&loisirs que ma vie professionnelle se poursuit.

Témoignage

Ces 3 années passées à découvrir le domaine de l'hôtellerie-restauration entre théorie et pratique se sont le plus souvent déroulées dans la bonne humeur. On y Apprend le travail en équipe, créer des projets en vue de notre futur à travers les APA, les divers TPE, la journée des Saveurs notamment. Même loin de St Chély, les souvenirs ne sont jamais bien loin. Cette formation m’a permis d'acquérir les bases de ce métier, la rigueur, l'humilité et l'envie de faire de belles choses.

Le Sacré-Coeur, une sphère étendue, j'ai pu retrouver de nombreuses personnes ayant effectuées leurs études au sein de cette belle école.

Stories Yann Warnery Yann Warnery


Parcours scolaire

  • Bac général, filière littéraire option arts plastiques.
  • Mise à niveau hôtellerie-restauration
  • Post bac en BTS Option B . CUISINE ET SERVICE.

Parcours professionnel

  • Stages variés pour le choix et les expériences pendant le BTS.
  • Traiteur dans la région de Montpellier. 
  • Passage en cuisine au Martinez à Cannes.
  • Départ pour l'Aveyron .
  • Développement et lancement de la table d'hôtes du Château de Labro. 
  • Passage en cuisine au Café Bras, musée Soulages. 
  • Depuis trois ans à Rodez, Second de cuisine au Coq de la Place.

Témoignage

Trois ans riches en expériences. Stages choisis et tous differents selon les objectifs fixés.

Stories Romain Murat Romain Murat


Parcours scolaire

  • Lycée hôtelier Sacré-Cœur Bac STHR (Sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration)
  • Pôle supérieur du Sacré-Coeur BTS hôtellerie restauration option B

Parcours professionnel

  • De nombreux stages et saisons depuis l’âge de 14ans
  • Chez Anne Majourel, la Coquerie à Sète
  • Puis chez Quentin Bourdy, restaurant L'Univers à Villefranche de Rouergue, 2 ans en tant que Second
  • Depuis novembre 2017, Chef de cuisine du restaurant Contrat à Montpellier

Témoignage

Né d'une famille de restaurateurs Sétois et passionné de cuisine depuis toujours, je n'avais qu'un objectif en tête : devenir Chef de cuisine. Je suis monté me former au Sacré Cœur à Saint Chély d'Apcher, établissement reconnu et réputé pour sa tradition d'exigence et d'excellence. Durant mon cursus, j'ai eu la chance d'être coaché par Philippe Etchebest en participant à l'émission Objectif Top Chef 2015.

Je fais mes premières armes à Sète au Comptoir de Cuisine d'Anne Majourel, puis étoffé mes connaissances en remontant dans les terres chez Quentin Bourdy (vu dans Top Chef 2014) à Villefranche de Rouergue. Enfin, j'ai croisé la route de Lionel Seux, restaurateur héraultais (Le Pastis, Les Caves Passent a Table...) et je réalise enfin mon rêve !!!

Depuis novembre 2017 je suis donc Chef de cuisine du restaurant Contrat à Montpellier où je crée chaque semaine une carte alliant terre mer et produits locaux, au gré des influences de mon parcours.

Si je devais recommander le Lycée hôtelier du Sacré-Coeur, ça serait pour la rigueur de l'enseignement et la proximité de l'équipe pédagogique.

Stories Marie Claire Ferrari Marie Claire Ferrari


Parcours scolaire

  • Bac Scientifique option SVT
  • Mise à Niveau Hôtellerie Restauration
  • BTS Hôtellerie Restauration option A
  • Magistère de Tourisme (bac +5) option management de l'hôtellerie restauration à l'ESTHUA 
  • CEFAC à Paris ( centre d'études et de formation des attachés techniques CCI)

Parcours professionnel

  • STAGES:
    • Auberge de la Marée -Ile de Ré
    • Ibis Futuroscope
    • Ecole Hoa Sua - Vietnam
    • La Mère Poulard - Mont St Michel
    • Sofitel Montréal - Canada
  • EXPERIENCES PROFESSIONNELLES
    • Complexe Campanile - 1ere Classe Bussy St Georges : adjointe de direction
    • CEGID : Formatrice sur des progiciels CHR
    • CCI Corrèze : conseiller création d'entreprise
    • CCI Var: idem
    • Initiative Corrèze (en cours): chargée de mission création/reprise d'entreprise

Témoignage

Une très belle expérience, des amitiés qui se nouent et qui existent toujours malgré la distance et le temps. Si c'était à refaire, je referai sans hésiter avec mes camarades de promo. L'année de MAN nous a permis de découvrir le métier puisque nous arrivions tous d'univers très différents.

Stories Anthony Jourzac Anthony Jourzac


Parcours scolaire

  • BAC économique et sociale lycée la Présentation Notre Dame de St Flour
  • Mise à niveau et BTS option A 
  • CAP restaurant en candidat libre

Parcours professionnel

  • Stage de MAN au Logis de France L'Auberge des Montagnes (stage en service)
  • Stage de 1 BTS à l'Hôtel Imperator **** de Nîmes (service, bar, réception, voiturier bagagiste)
  • CDD de voiturier bagagiste à l'hôtel Imperator**** de Nîmes durant 2 mois
  • CDD de chef de rang au Château d'Orfeuillette à Lagarde durant 4 mois
  • CDD de réceptionniste tournant au Mercure Vichy Thermalia durant 9 mois
  • CDI de réceptionniste tournant au Mercure Vichy Thermalia et Ibis Vichy actuellement

Témoignage

Au début, j'ai visité le lycée hôtelier de St Chély avec une amie, mes parents ne voulant pas que je parte dans cette branche professionnelle. Mais l'envie de découvrir ces métiers fut plus forte que la mise en garde de ma famille et en septembre 2013 me voilà à l'accueil du Sacré-Cœur. Je vous passe l'entretien d’inscription avec Mme Raffier, qui, je me souviens me parlais de mes résultats assez faibles en maths... Ce fut très stressant !

Le fait d'être au campus m'a permis de rencontrer des personnes qui sont encore aujourd'hui de très bons amis. En MAN (mise à niveau), nous étions quatre amis à manger midi et soir ensemble. Bref une année riche en amitié, en découvertes professionnelles et en amour des métiers de la restauration et de l'hôtellerie. Je me souviens que lors d'un de nos premiers cours de cuisine avec Mr Perrin, nous plaisantions avec quelques camarades en disant que c'était plutôt drôle de faire la "popotte" sauf que Mr Osty passant par là  nous a passé une « bonne fumée »... La découverte du service en salle avec Mmes Hugon et Albert fut aussi un grand moment. Au début,  j'étais peu confiant en moi et grâce à elles la confiance et l'amour de ce métier est arrivé !

Mon stage de MAN fut bénéfique et très formateur et j'en remercie la famille Combourieux ! Grâce à eux et à un long travail après le stage, j'ai pu goûter au plaisir de monter sur le podium des meilleurs rapports de stage ! Je revois encore la joie et la fierté dans les yeux de ma famille et de mes maîtres de stage !!!

La première année de BTS fut une année transitoire durant laquelle j'ai pu me rendre compte que l'option A était plus bénéfique pour moi ! De cette année, je garde en souvenir notre TP gastro sur le thème « Le Printemps est dans l'assiette », une belle réalisation et une soirée que je ne suis pas prêt d'oublier. Je n’oublierai pas non plus le dîner des Chefs à l'Intercontinental de Marseille !

Mon stage de 1 BTS à l'Imperator**** fut une énorme découverte de différents métiers : serveur, barman, réceptionniste, bagagiste, voiturier ! J'ai adoré pouvoir avoir des responsabilités. Le poste de barman durant la Feria était vraiment enrichissant sur la façon de travailler. Etre voiturier alors que je ne savais conduire que des petites voitures fut un privilège et m'a donné beaucoup de confiance en moi !

La deuxième année de BTS était difficile au niveau des matières à étudier et la pression toujours plus croissante ! Mais l'encadrement des professeurs et l'entraide entre élèves est vraiment extraordinaire dans cet établissement ! Durant cette année, nous avons fêté les 40 ans du lycée… une super journée nous a été organisé. Encore des souvenirs  !!!

Je me dis avec du recul que ces années au Sacré-Cœur furent les meilleurs alors merci à vous tous, équipe de direction, enseignants et autres personnels. MERCI infiniment pour vos conseils, vos encouragements et surtout pour la passion que vous transmettez à tant de personnes !!!

Stories Clotilde Redon Clotilde Redon


Parcours scolaire

  • Bac L
  • MAN Hôtellerie – Restauration
  • BTS Hôtellerie – Restauration option B

Parcours professionnel

  • 4* domaine de clairefontaine (Chonas L’amballan 38) 
  • Hostellerie St Martin 3* (Pérignat les Sarliveve 63)
  • Princesse Flore 5* ( Royat 63)
  • Ibis Styles 3* ( Clermont Ferrand 63) 
  • Château de la Cazes 4* ( Sté Enimie 48) 
  • Projet pro Perso + permis d’exploitation 
  • Campanile 3* ( Clermont Ferrand 63- ouverture d’hotel neuf )

Témoignage

Ce sont les plus belles années de ma vie... avec le recul je me dis que j’ai galèré mais j’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui ont cru en moi et qui m’ont aidé et soutenu jusqu’au bout !! Merci à eux.

Stories Julie Bianchetto Julie Bianchetto


Parcours scolaire

  • Lycée Jean-François Champollion Bac STMG option ressources humaines
  • Lycée hôtelier Sacré-Cœur MAN
  • Pôle supérieur du Sacré-Coeur BTS hôtellerie restauration option arts culinaires et art de la table

Parcours professionnel

  • Disini hôtel trois étoiles demi chef de rang pendant un an
  • La brasserie des templiers chef de rang depuis novembre 2017

Témoignage

Très belle école, un ensemble de professeurs à l’écoute des élèves avec une véritable communication, ce qui en fait "La clé" de la réussite pour tous tes élèves. Je recommande vraiment cet établissement, c'est grâce à ces professeurs que j’ai vraiment appris les bases de ce métier et me découvrir des passions que je n’aurais pu imaginer.

Stories Franck Séguret Franck Séguret


Mon parcours Scolaire

B.T.H. Cuisine en juin 1991

C.A.P. Service en juin 1990

B.E.P. - C.A.P. Cuisine en juin 1989

Mon parcours :

Issu d’une formation de cuisinier pâtissier au Lycée de St Chély d’Apcher puis au lycée technique de Toulouse. Mon parcours professionnel m’a permis de côtoyer de grands noms de la cuisine française tels que Sébastien et Michel BRAS, Laurent et Jacques POURCEL ou encore Jean Yves LEURANGUER.

C’est en 1994, que je rejoins Jean-Claude VILA au sein de son entreprise et que le restaurant"Le Clos des Lys" ouvre ses portes.

En 1999, j’obtiens le titre de Champion de France des Dessert.

Je crée en 2010, une école de cuisine au sein de l’établissement.

Reconnu Maitre Cuisinier de France et Toques Blanches du Roussillon, je partage au quotidien ma passion de la cuisine et mon savoir-faire avec mes équipes.

Témoignages sur l’établissement :

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve,une réalité »
Antoine de Saint Exupéry

Le travail est une valeur fondamentale pour l’épanouissement de chacun de nous.

Nous sommes tous des privilégiés d’être, ou d’avoir été, dans cette école de formation qui a toujours été à la pointe.

Notre métier de CUISINIER est un métier merveilleux, où l’on donne TOUT, pour le plaisir et le bonheur des gens.

Merci.
Franck.

Stories Sylvie Faucher Sylvie Faucher


Parcours scolaire

  • 1992 - 1993 : seconde Bac Technologique hôtelier
    stage d'été en salle chez Anne Marie LAURENS Hôtel de la Poste et des Voyageurs
    48170 Châteauneuf de Randon
    Primée au rapport de stage sous le patronnage de Pierre Gagnaire

  • 1993 – 1994 : première Bac Technologique hôtelier
    stage d'été en cuisine chez Brigitte PHILIPPOT Hôtel Le Provence 07660 LANARCE

  • 1994 – 1995 : obtention de Bac Technologique hôtelier

  • 1995 – 1996 : 1ère année BTS
    stage en cuisine chez Régis MARCON St BONNET LE FROID

  • 1996 – 1997 : obtention du BTS

Parcours professionnel

Après St-Chély, j'ai poursuivi mes études à l'ESCF Ferrandi. Après avoir obtenu mon diplôme, j'ai travaillé quelques temps à l'Auberge de Cassagne, 1 étoile au Michelin à Avignon en tant que demi-chef de parti. Puis, j'ai eu l'occasion de travailler chez un chocolatier lozérien.

A partir de là, c'était en 1999, j'ai choisi de suivre un autre chemin, celui du « chocolat ».

Néanmoins, ce nouveau chemin ne m'a jamais bien éloigné de la gastronomie, puisque quelques années après, j'ai eu l'opportunité d'aller travailler chez Bernachon à Lyon où je suis restée 10 ans en tant que chocolatière. La famille Bernachon et la famille Bocuse ne font qu'une !

Tout au long de cette période, j'ai eu l'immense chance de côtoyer Mr Paul et beaucoup de grands chefs de Lyon et du monde entier !!

Il y a 4 ans, j'ai choisi de créer ma propre chocolaterie et aujourd'hui, je suis installée à Langogne (la ville de mes racines !) et ma boutique s'appelle : « Secret de Cacao ».

Je travaille avec un apprenti, Jérémie et une vendeuse, Sophie. Nous fabriquons essentiellement des chocolats, pralinés, ganaches, pâtes de fruits, guimauves, tablettes et quelques pâtisseries.

Témoignage

Il ne se passe pas un jour sans que j'ai une petite pensée pour tout ce que j'ai appris au Sacré-Cœur mais aussi tout au long de mon expérience: la rigueur, l'envie de se dépasser, l'envie de faire de belles choses, l'envie de transmettre mais aussi avoir du savoir vivre, du respect, de l' humilité envers les autres et avoir la capacité de se remettre en question.

Stories Valentin Aliaga Valentin Aliaga


Parcours scolaire

  • 3 années de BTH 
  • 2 années de BTS option B

Parcours professionnel

  • Chef de partie chaud en suède sur l’ile de UTÖ 4 mois
  • Chef de partie tournant à Tokyo 11mois 
  • Chef de partie garde mangé pâtisserie à Val Thorens 5 mois 
  • Chef de partie pâtisserie en Corse 5 mois 
  • Chef de partie pâtisserie à Genève « le philanthrope » 11mois 
  • Actuellement second à Genève « le Beef »

Témoignage

Durant ces 5 années de formation intenses et constructives au Lycée Hôtelier puis au Pôle Supérieur, j'ai découvert les beaux métiers de l'hôtellerie et au travers des stages confirmé mon choix de vie.

Actuellement épanoui dans mon métier, j’ai la chance de partager cette passion avec d’autres anciens élèves du Sacré-Cœur qui travaillent dans la même entreprise !

Stories Joan Vidal Joan Vidal


Parcours scolaire

  • Bac pro option européenne

Parcours professionnel

  • Nombreux restaurants Traditonnel mais surtout Gastronomique.
  • Voyages pour le boulot .

Témoignage

Très bon lycée qui encadre bien ses élèves.

Stories Marie Lopez Marie Lopez


Parcours scolaire

Venant de Rodez en Aveyron c’est vers le lycée hôtelier le plus près que je me suis tournée, pour pouvoir rentrer voir ma famille et mes amis les week-ends (ce que j’ai de moins en moins fait une fois que je me suis fais des amis en Lozère), mais surtout pour la très bonne réputation de cette école hôtelière.

Parcours professionnel

Cela fait maintenant 4 ans que j’ai quitté la Lozère mais j’en parle très souvent. J’ai travaillé au Novotel Centre Bercy en tant que Réceptionniste et je suis désormais au Novotel Suresnes Longchamp en tant que chef de brigade réception . Je porte tous les jours fièrement un badge « Fan de la Lozère » afin de pouvoir faire partager aux clients curieux mon expérience, mais aussi leur faire connaître l’école qui m’a tout appris.

Témoignage

Je recommande forcément le Sacré-Coeur car j’y ai passé les meilleures années de ma vie. Les trois ans sont passés tellement vite que j’ai peur aujourd’hui de ne pas avoir assez profité. Des activités comme la journée des saveurs, le dîner des chefs... nous permettent d’apprendre à travailler en équipe et nous préparent à notre future carrière professionnelle. 

Les cours et les professeurs sont intéressants, nous font grandir et découvrir tous les domaines de l’hôtellerie restauration, que ce soit l'hébergement, la restauration ou la cuisine. La découverte de ces domaines qui se complètent, vous servira toujours dans l’hôtellerie restauration, quelle que soit la spécialisation choisie.

La vie au campus est réellement super agréable. Je laissais ma porte ouverte et je n’étais jamais seule. D’ailleurs j’ai pris un grand coup quand j’ai terminé mes études et que je suis partie m’installer à Paris. Les soirées au foyer et du jeudi nous rapprochent et permettent de « fêter » dignement la fin de la semaine.

Stories Brigitte Philippot Brigitte Philippot


Parcours scolaire

J’ai fréquenté l’établissement entre 77 et 79 pour y obtenir un CAP restaurant.

Parcours professionnel

A ma sortie de l’école, j’ai intégré le petit hôtel restaurant familial, situé à Lanarce (07), que j’ai repris en 1983. En 1992, 2001 et 2015 nous avons effectué de gros travaux pour avoir aujourd’hui un hôtel restaurant 16 chambres 3 cheminées, 3 cocottes et 3 étoiles avec un SPA de 100 mètres carré, dont je suis gérante propriétaire et chef de cuisine.

Ma fille Marie Philippot, qui a passé entre 1998 et 2003 un Bac Technologique hôtelier et un BTS B  au Sacré-Cœur, s’occupe quand à elle de la partie restaurant et hôtel.

Témoignage

La rigueur, le travail et la discipline inculqués par le Frère Gibelin et son équipe me suivent depuis.

Stories Damien Marty Damien Marty


Parcours scolaire

Bac technologique hôtelier 2008, Sacré-Cœur.

Bachelor Degree, Institut Paul Bocuse

Parcours professionnel

Apres l’obtention du Bac Technologique Hôtelier au Lycée Sacré-Cœur, j’ai integré le Bachelor Degree en Management de L’Institut Paul Bocuse à Ecully. Après j’ai eu diverses expériences professionnelles en finances, marketing et revenue management en France, Espagne et Etats Unis.

Suite à cela, j’ai développé ma propre compagnie à Londres, Room Seasons. Room Seasons est une solution d'externalisation de Breakfast, Room Service, Welcome Packs et Grab&Go pour les hôtels et Apart'hotel dépourvus de ces activités ou souhaitant s'en détacher. Nous avons maintenant 3 cuisines à Londres et 1 à Manchester et des plans pour des expansions en Allemagne, Espagne et Belgique.

Témoignage

Le Lycée Sacré-Cœur m’a donné la passion du métier, les fondamentaux de la profession et toutes les cartes nécessaires pour construire sereinement une carrière professionnelle dans le secteur.

Stories Nicolas Fages Nicolas Fages


Parcours scolaire

  • 1996 : BEP Cuisine

  • 1998 : Bac Professionnel Cuisine

Parcours professionnel

J'ai travaillé quelques mois chez Michel Bras à Laguiole, avec Alexandre Bourdas en Pâtisserie.

Puis, j'ai suivi Alexandre Bourdas au Château de SULLY, il était chef et moi pâtissier pendant 3 ans.

Il est parti je suis resté comme pâtissier puis second du nouveau Chef Philippe Peudenier.

Et depuis 2005, je suis Chef du Château de SULLY et étoilé depuis 2012 après l'avoir perdu en 2007.

Témoignage

Ecole stricte mais juste. 4 ans d'étude pas facile avec aucun droit à l'erreur.

Un très bon placement en stage. Une très belle cohésion dans les classes entre les élèves.

Un souvenir inoubliable : la remise du 1er bulletin trimestriel avec le frère Gibelin. On était tous stressé, je pensais être dans les derniers de la classe comme quand j'étais au collège, et au final j'étais 3ème sur 42 et là M.Gibelin me dit froidement : « 3ème, c'est bien mais 1er c'est mieux ».

Stories Claire Odievre Claire Odievre


Parcours scolaire

  • Collège à l'école Emmanuel D'Alzon 
  • École Hight School North Medford aux États Unis
  • Lycée Hôtelier Sacré-Coeur à Saint Chély d'Acher
  • École internationale de management hôtelier Vatel à Nîmes
  • Je suis actuellement en deuxième année de Licence à l'Ile Maurice.

Parcours professionnel 

J'ai effectué des stages à:

  • Le p'tit Bec à Nîmes,
  • Mas du terme à Barjac,
  • l'Oustau Camarguais à Aigues Mortes,
  • La Bastide des Senteurs à Saint Victor de Malcap,
  • La Pérouse à Nice,
  • Trou aux Biches, Beachcomber à l'Ile Maurice,

J'ai travaillé à:

  • Les Portes d'Apcher à Saint Chely d'Apcher,
  • Chez Émile à Nîmes,
  • Au 7/4 à Uzes,
  • Maintenant je vais partir en stage à l'hôtel Métropole en tant qu'Assistante de Direction

Témoignage

Quand je suis rentrée au lycée hôtelier Sacré Coeur, j'avais certes une passion pour la cuisine, mais sans vraiment savoir dans quoi je mettais les pieds. Au fil du temps, je me suis trouvée une véritable passion pour les métiers de l'hôtellerie - restauration.

L'encadrement des professionnels, des professeurs et des membres de la direction a été un avantage énorme au développement de mon parcours. 
C'est grâce à leur patience et leurs encouragements que j'ai pu évoluer et trouver une réelle motivation.  Je ne les remercierai jamais assez !!!

Stories Delphine Julien Delphine Julien


Parcours scolaire

Formation Bac Technologique hôtelier de 1995 à 1998 au Sacré-Cœur

BTS Hôtellerie Restauration Option Art Culinaire, Art de la Table, 2001, Ecole hôtelière d’Avignon

Parcours professionnel

J’ai travaillé pendant 8 ans comme Chef de cuisine dans un grand groupe hôtelier où j'ai dirigé les cuisines du Domaine de la Petite Isle et en 2012 l'ouverture du Marmotel à Praloup. Après toutes ces expériences, j'ai monté il y a un an La Cuisine de Del, une entreprise de chef à domicile, de cours de cuisine et de pâtisserie où je fais également du conseil et de la formation. Je travaille sur une cuisine Bio/diététique tout en restant gastronomique.
Originaire du Gard ou depuis 4 générations ma famille était dans le vin, je reste dans l'authenticité du produit en travaillant en circuit court tout en favorisant le terroir....

Témoignage

De 1995 à 1998, ma vie a changé quand j'ai franchi le pas de l'école hôtelière du Sacré-Coeur à Saint-Chély.
Objectivement, j'y ai tout appris, de la rigueur au comportement professionnel à adopter et surtout la joie que peut procurer ce métier parfois si dur mais tellement beau.

Cette école m’a permis d’effectuer mes stages dans des établissements de renoms et c'est là que tout a commencé, avec les yeux qui pétillent.
L'enseignement des professeurs était d'un grand niveau dans toutes les matières. Le niveau d'exigence a été formateur en ce qui me concerne, et la direction toujours à l'écoute des étudiants.
Je garde de très bons souvenirs de cette école. Si aujourd'hui j'en suis là, c'est grâce à cette droiture qui nous a été enseignée et qui me permet de m'épanouir dans différents environnements professionnels.

Merci à tous les intervenants de cette belle aventure humaine pour cette école classée n°1 dans mon cœur et qui est pour moi la meilleure école Française.

Stories Emeline Barthes Emeline Barthes


Parcours scolaire

Avant d'arriver au Lycée Hôtelier du Sacré-Cœur j'ai effectué une Seconde général et une Première littéraire à Aurillac. Je me suis rendu compte que ce n'était pas ce que je voulais faire, alors mes parents m'ont inscrit à St Chely d'Apcher en 2014. C'est ainsi qu'en 2015, j'ai obtenu mon BEP Commercialisation et service en restauration. Pour continuer j'ai obtenu mon BAC PRO Commercialisation et service en restauration en 2016. Je suis ensuite parti à mon grand regret de l'ensemble scolaire Sacre-Cœur poursuivre mes études au Lycée Hôtelier de la Rochelle pour y faire une Mention Complémentaire Barman, obtenue en 2017.

Témoignage

Mes années au Sacre-Cœur de St Chely d'Apcher ont été les meilleures de ma scolarité. Les professeurs sont à notre écoute et font tout pour que l'on réussisse. 
Nous avons eu l'occasion de faire des stages dans de somptueux établissements. Grâce aux parrainages des promos, nous avons eu la chance de rencontrer de nombreux grands chefs comme Anne-Sophie Pic, Emmanuel Renaut, Cyril Zen, Cyril Lignac et bien d'autres. Quant à la vie à l'internat, elle vous laisse énormément de souvenirs.

Pour conclure je ne regrette en rien ma venue dans ce lycée, je dirai même que si j'en avais l'occasion j'y retournerai de ce pas.

Retour

 

Aucune Story à afficher.

Devenir Ambassadeur du Sacré-Coeur

Manstories

Parents d'élèves  Anciens élèves

Retour

Date de dernière mise à jour : vendredi, 19 février 2021